Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : human afrique
  • human afrique
  • : petit journal sur le net des actions d'human afrique
  • Contact

Recherche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Human afrique est une association, loi 1901, créée en 2001, par 7 jeunes, désireux de monter un projet de solidarité. Nous sommes localisés dans l'Ouest Lyonnais, à St Genis les Ollières.

La finalité du projet consiste au financement puis la construction de salles de classe, dans la région du Sine Saloum au Sénégal, dans des petits villages ruraux, dépourvus de toute infrastructure scolaire.

Chaque été, un groupe de huit jeunes se rend trois semaines pour participer au chantier.

A ce jour 18 salles de classe ont été baties dans 8 villages différents. 

C'est aussi 50 jeunes qui ont pu vivre cette grande expérience!

 

 

Lien vers : page web human afrique, cliquez ici.

Lien vers : forum human afrique, cliquez

Agenda

 AGENDA des prochaines manifestations!! 

EN CONTINU : Sponsors & Pharmacies & Fournitures Scolaires

28 Juin : Challenge Kevin

29 Juin : Emission Radio "Vacances Solidaires"

4 Juillet : Assemblée Générale !! + barbecue

12-14 Juillet : Distribution Tracts

Juillet 2015 : Mission 2015 à Missirah

 

Fin Octobre : Pojection Film 2015

 

 

 

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 15:04

Sur le site Afrik.com: http://www.afrik.com/article24737.html

 

Election Sénégal : le défi d’un homme, le silence de l’UA, la résistance d’un peuple

 

lundi 6 février 2012 / par notre partenaire Un Monde Libre

 

Pour la troisième fois consécutive, le président Abdoulaye Wade a décidé de briguer à nouveau la présidence du Sénégal. Dans cette contribution, Franklin Cudjoe et Japheth Omojuwa, respectivement Directeur exécutif du think tank ghanéen IMANI, et assistant à IMANI et responsable d’AfricanLiberty.org, reviennent sur les enjeux de la situation en Sénégal qui menacent d’imploser surtout que le Président Wade semble s’accrocher au pouvoir contre vents et marrées.

À l’âge de 93 ans, le président Abdoulaye Wade a décidé de briguer à nouveau la présidence du Sénégal. Il pourrait ainsi terminer en 2019 encore sept autres années de « mandat ». Il y a cependant trois « si » pour que cela se concrétise. Si le peuple du Sénégal permet à Abdoulaye Wade de voir son souhait exaucé de pouvoir se présenter à nouveau ce mois de Février, s’il sort ensuite vainqueur des urnes, et enfin s’il vivra assez longtemps pour arriver à la fin de son mandat. Pour un homme qui a été candidat à la présidentielle quatre fois à partir de 1978 avant de finalement prendre ses fonctions en 2000, on peut estimer qu’il ne manque pas de volonté pour se maintenir face à une opposition croissante et aux manifestations dans les rues et les villes du Sénégal.

Wade n’a cependant pas entamé cette année son processus de maintien à la présidence sénégalaise : l’année dernière déjà il avait cherché à se rendre la tâche plus facile en proposant des modifications à la constitution. La modification proposée était de réduire à 25% le pourcentage nécessaire à un candidat pour remporter les élections dès le premier tour, au lieu de 50 % auparavant. En substance, M. Wade ne voit rien de mal à ce que 25 % de la population décident qui serait le président cette année. Cet épisode remonte à Juin dernier, mais les manifestations et le rejet de cette idée par les populations ont arrêté Wade.

Il semble cependant que le peuple du Sénégal doive à nouveau tenir tête à son président. Alors que les structures et les fondations de la démocratie sont menacés au Sénégal, les dirigeants africains se délectent encore de la célébration d’un nouveau « cadeau » de la Chine à l’Afrique : le nouveau bâtiment de l’Union africaine en Éthiopie qui a coûté 200 millions de dollars, et le dévoilement de la statue de Kwame Nkrumah en ce même lieu. Fait caractéristique d’une organisation qui semble ne jamais comprendre les choses quand il le faut, l’UA est restée muette sur les événements du Sénégal. Ironie du sort, M. Wade lui-même avait inauguré une statue à 27 millions de dollars au Sénégal, symbolisant les luttes collectives des Africains contre les régimes autoritaires en Afrique. Considéré comme un nouvel éléphant blanc, ce pur gaspillage du monument de la renaissance africaine entrepris par le Président Wade a également connu une baisse de popularité lorsque le président Wade a affirmé qu’il était en droit toucher 35 % de tous les bénéfices touristiques que la statue génère parce que l’idée était sa « propriété intellectuelle ».

Abdoulaye Wade n’a pas manqué d’aide. La Cour constitutionnelle du Sénégal a déclaré le 27 Janvier que M. Wade pourrait briguer un troisième mandat, soutenant que son premier mandat, qui a débuté en 2000, ne comptait pas en vertu de la nouvelle Constitution de 2001. Alors que le 26 Février 2012, date de l’élection décrétée par le président du Sénégal Abdoulaye Wade, le 23 Novembre 2010, approche, le chemin s’annonce tortueux et, sans doute influencé par des événements à travers le monde arabe et le Moyen-Orient, le Sénégal pourrait entrer dans une bataille de longue haleine entre les gouvernés et le gouvernant. La Place de l’Obélisque au centre de Dakar pourrait devenir la version sénégalaise de la place Tahrir en Égypte, alors que les manifestants visent à balayer l’ambition du président Wade. « Wade Dégage ! », voici la voix qui résonne dans la rue et alors que les jours passent, son écho se propage à travers le continent et le monde.

Il reste à voir si le président Abdoulaye Wade, un homme ne manquant pas d’amis influents en Occident et en Afrique, cédera à la voix de son peuple et ne se présentera pas aux élections à l’âge vénérable de 85 ans, quelque 12 ans après son premier mandat. Pour le Sénégal, longtemps considéré comme l’un des pays les plus pacifiques et stables de l’Afrique, 2012 semble être l’année qui va définir son chemin vers l’avenir. L’état de droit sera le dernier fil qui pourra tenir unie cette fière nation africaine. Quand un peuple se sent floué à chaque jour qui passe alors qu’un seul homme cherche à se maintenir au pouvoir, la résistance ne peut que devenir plus forte.

Les candidats de l’opposition ne sont pas près à faire profil bas, les gens sont déjà dans la rue, les arrestations de membres de l’opposition se multiplient, au moins un policier a été tué – et un bébé vient juste d’être tué. Et l’interdiction faite au chanteur sénégalais Youssou N’Dour, musicien auteur-compositeur de renommée internationale, de se présenter aux élections par le même tribunal qui a permis au président Abdoulaye Wade de se présenter, ajoute une triste tonalité à la crise au Sénégal.

La quête illégitime et impopulaire d’un seul homme pour le pouvoir ne justifie pas de retourner tout un pays. Nous appelons le président Abdoulaye Wade, après un règne de douze ans qui se termine cette année, à prendre le chemin de l’honneur et permettre aux populations de décider pour le Sénégal l’homme qu’elles souhaitent voir les conduire.

 

Lire aussi : Wade au centre de la campagne

 

Franklin Cudjoe est le Directeur exécutif du think tank ghanéen IMANI, Conseiller principal et chroniqueur à AfricanLiberty.org. Japheth omojuwa est assistant à IMANI et responsable d’AfricanLiberty.org.

 

Publié en collaboration avec UnMondeLibre.org

Partager cet article

Repost 0
Published by jéhanne - dans sénégal
commenter cet article

commentaires